Libérer ses émotions : 5 conseils

Se reconstruire, oui ça prend du temps. J’ai avancé dans mon histoire et je sais que j’ai quelques clés, conseils, appelez ça comme vous voulez, à vous apporter, car cela fait partie de ma mission. Cet article ne s’adresse pas aux personnes qui ne sont pas dans un cheminement spirituel, mais puisque vous lisez cet article, je suppose que vous êtes un minimum intéressés par le monde spirituel et que vous souhaitez transcender certaines ou toutes vos blessures, quelles qu’elles soient et ainsi être plus en paix.

Après ces 5 conseils, vous serez plus en mesure de guérir et de vous sentir plus apaisé face à vos blessures.

Je ne vais pas vous vendre du rêve, je suis là pour vous parler de ce que j’ai vécu et donc de la réalité de ce que l’on appelle : se reconstruire , même moi je ne ne suis pas parfaite et je ne prétend en aucun cas détenir la vérité ou savoir mieux que les autres, j’aimerais simplement vous apporter des clés qui m’ont aidé, me dire que je n’avais pas vécu tout ça pour rien et que je pouvais aider les autres à traverser ce que j’ai traversé.

  1. Lâchez du leste !

évitez de trop culpabiliser ou d’être trop dure avec vous-même, je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais ce qui est sûr c’est que le chemin de la guérison et de reconstruction prend toute une vie, c’est un cheminement qui demande de la patience et de la bienveillance envers vous-même, une douceur envers vos parties de vous qui ont été meurtries , être plus en paix, c’est le devenir étape par étape, jour après jour, faire preuve d’accueil et d’écoute de soi , apprendre à parler de ce que l’on a subi sans tabous . Cela me fait penser à une situation que j’ai vécu , et ça a été un « wake up call » pour moi car, après cela, j’ai utilisé une méthode pour me sentir mieux émotionnellement :

 Je suis allée voir une amie à moi et je lui ai dit mais pourquoi je me sens aussi mal alors que cette situation parait tellement anodine » ? c’est ce que je me disais à l’époque, et c’était malheureusement ce qu’on m’avaient répétés sans cesse depuis ma plus tendre enfance , je me répétais sans cesse que mes émotions n’avaient pas lieu d’être et que je n’étais pas supposée ressentir ce que je ressentais au plus profond de moi. Mon amie ne savait pas quoi dire pour me réconforter car elle-même trouvait que ma réaction était disproportionnée par rapport à la situation réelle. Mais soudain, j’ai compris que si je réagissais comme cela, c’était parce que cette situation donnée faisait inlassablement écho à des blessures et des traumatismes que j’avais pas pu « régler », ou plutôt transcender, et que c’était de là d’où venait mon incompréhension vis-à-vis de moi-même, vis -à-vis de mes émotions et de mon entourage. Comme l’effet domino, la culpabilité profonde que je ressentais m’envahissait telle une vague déferlante, s’en suivait une panique et une grande anxiété en voyant que mon entourage ne comprenait pas forcément ma réaction. C’est pour cela que la culpabilité n’est pas à nier, surtout lorsqu’elle surgit au cours de moments et de situations dites « banales », c’est justement dans ces moments-là qu’il faut se poser.

Ce qui m’a aidé c’est de partir à la découverte de mes émotions , cette méthode peut être utilisée à chaque fois que vous sentez dépassée, débordée émotionnellement et que vous souhaitez trouver des réponses et résoudre ces émotions pour vous sentir mieux.

Face à grande montée de culpabilité, interrompez ce que vous êtes entrain de faire, et prenez du recul sur la situation, dans tous les sens du terme : si vous êtes avec d’autres personnes, rendez-vous dans un endroit calme où vous pouvez être seule quelques instants. Puis, essayez d’être une conscience observante : c’est – à dire, imaginez que vous vous observez vous-même entrain de réagir, entrain de voir la situation en question comme si vous étiez une tierce personne ou un témoin regardant la scène, cela est très puissant car il vous permet de mieux comprendre votre processus émotionnel.

Vous pouvez vous poser des questions comme :

A ce moment –là ,

Comment je me sens ? et nommez cette émotion , à voix haute , dans votre tête ou écrivez-là si vous le pouvez.

Qu’est-ce que je ressens ? essayez, si vous le pouvez, de mettre des mots sur ce que vous ressentez, encore une fois, si possible, nommez-là ou écrivez ce ressenti, vous pouvez-même en faire un dessin.

Pourquoi je ressens –cela ? n’essayez pas de trop réfléchir, laissez votre intuition vous guider, la première idée qui vous vient sera la bonne, notez-là si possible.

Une fois que vous avez répondu à ces questions, fermez les yeux et essayez de vous rappelez la première fois que vous avez ressenti cette émotion, cela peut remonter à l’enfance ou bien être plus récent, et vous n’avez pas forcément besoin de chercher dans des évènements traumatiques, bien que ça soit généralement de ceux-là qu’ils relèvent, il arrive aussi que des traumatismes émotionnels , des émotions non résolues relèvent de situations que l’on peut appelés « normales « , « banales », comme un simple diner entre amis par exemple.

Notez ce que vous avez trouvé, si vous n’avez pas trouvé de réponses à ces questions, ce n’est pas un souci non plus, laissez-vous le temps , laissez votre inconscient et votre âme vous guider vers cette résolution. Parfois, les réponses n’arrivent pas car le temps n’est pas encore venu pour vous , il est possible que d’autres informations vous parviennent dans les jours ou les semaines à venir.

En tous les cas, une fois ce travail d’introspection émotionnelle fait, vous vous sentirez mieux. Cette méthode peut être utilisée à chaque fois que vous sentez dépassée, débordée émotionnellement et que vous souhaitez trouver des réponses et résoudre ces émotions pour vous sentir mieux.

  1. Ecrivez !

Avoir un carnet d’émotions et très important. écrivez vos émotions, vos ressentis, ce qui vous passe par la tête, même quand vous vous sentez bien , et sur du papier c’est mieux, cela permet à votre psychisme de se libérer du poids des mots, des non-dits, des tabous, d’émotions que vous n’arrivez pas à exprimer car trop lourdes ou que vous ne pouvez tout simplement pas le faire, vous pouvez également dessiner. Le fait de faire marcher ses doigts, ses mains, libère le surplus d’énergie mentale et vous permet de libérer cette charge sur le papier. Personnellement, faire cela régulièrement, même ne serait-ce qu’une fois par semaine, m’ai vraiment aidé, je trouve que ça m’a vraiment libéré mentalement.

  1. Adoptez une perspective différente : changez votre mindset ! Vos ressentis ne sont pas vos ennemis

 Lorsqu’une pensée négative surgit, essayez de l’accueillir et de ne pas en faire un ennemi, faites en une force, cette pensée ne vous écrasera pas si vous la laisser venir à vous, comme une partie de vous qui est blessée et qui est désespérément  à la recherche d’une bienveillance , d’une écoute et d’un amour inconditionnel . essayez d’adopter la perspective suivante, moi , en tout cas, elle m’a beaucoup aidé  : il y a une raison à tout et que ce n’est que en accueillant ces ressentis que vous vous en libérerez.

  1. Just smell it !

 Oui ça peut paraître un peu bêbête et peu efficace de premier abord, mais sentir une odeur que vous affectionnez tout particulièrement vous permettra de vous relaxer rapidement, si ce n’est instantanément, pour moi par exemple, lorsque je suis très angoissée , je me mets mon parfum préféré sur mes poignets et je respire profondément en fermant les yeux. Ce n’est pas une technique miracle, car il n’y en a pas, mais c’est efficace.(nb : les fleurs de Bach Rescue Spray peut aussi aider, à emporter partout dans votre sac ou autre), l’huile essentielle de pamplemousse ou tout autre agrume est excellent pour réveiller la joie en vous.

  1. Rien n’arrive par hasard !

Encore une fois, comme je l’ai dit dans le point 3, et même si cela peut paraître difficile à comprendre ou appréhender, selon moi, et ce n’est que ma perspective,  le hasard n’existe pas et tout ce qui peut ou a pu vous arriver de « bien » ou de « mal » fait partie du plan divin, de votre destin et de votre mission d’incarnation, cela fait partie de ce que vous avez décidé d’expérimenter en tant qu’âme. Personnellement, en revenir à cela pendant mes périodes de doutes m’a recentrée et m’a fait voir la vie avec une plus grande perspective, avec une vision plus grande et plus juste sur la vie en général, sur les événements marquants de ma vie, sur mon identité et sur les autres.

Faire la paix avec son passé et en faire une force peut sembler être une phrase un peu passe partout, mais elle est vraie et remplie de sens. Faire la paix avec son passé ce n’est pas que « vivre avec » , c’est y apporter du sens et transcender les blessures qui y sont associées pour reprendre goût à la vie et être davantage épanoui dans ce que vous vivez et ce que vous faites.

Bless you,

Claire

Si vous souhaitez avoir d’autres conseils encore plus adaptés à vos besoins et votre personnalité, car chaque guérison est différente , je me ferai une joie de vous accompagner lors d’ une consultation privée, rdv sur : https://aundreamilk.com/consultations/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page